Au théâtre avec Zemmour

L’Alliance des Croyants désosse le pantin Zemmour

Le penseur est un plagiaire, de Barrès, de Maurras, de Péguy, de Soral :

En épigone utile, il remet en circulation des faits historiques et des nostalgies que les médias mondialistes voulaient bannir du discours, de la culture et de la mémoire française. Grâce au label juif, Zemmour passe entre les gouttes, là où les autres trépassent au tribunal du politiquement correct, mais on ne le voit pas défendre ceux qui sont montés au front avant lui.

Le candidat à l’auréole présidentielle est un démagogue comme les autres :

Il promet tout et n’importe quoi, avec la courte vue d’un comptable qui aspire à gérer les biens d’autrui, et il fait sa pub, comme d’autres démarchent les clients : des subventions par-ci, des crédits par-là, on coupe le gaz aux autres, je vous fais une remise si vous votez pour moi, de toutes façons, le terrorisme c’est la faute au RSA !

Le tacticien de bas étage fait monter la rancune :

Pour lui il y a les gentils Gaulois à flatter dans le sens du poil, et les Affreux, qui puent et puis c’est tout. C’est eux ou c’est nous, le parti Reconquête prétend diviser la France entre chrétiens et musulmans en vrac. Sus aux Sarrazins, comme au temps des Croisades, ça vous fera oublier tout le reste, crétins d’électeurs ! Au moins c’est simple, pour le troupeau de base… mais le marketing ciblé ne fait pas un destin.

Il courtise les prélats, ces potiches utiles. Il adore l’Eglise, cette vieille structure solide et  décorative mais pas dangereuse, car en panne de penseurs et de foi. Au pied, les bons chienchiens, les Poissons niais et De Villiers fanfaronneurs ! Et voilà un premier paradoxe :

Au  royaume des aveugles, les borgnes sont rois :

Le petit trublion déblatère, c’est pain béni pour certains. Mais ce n’est pas lui qui a la main. Il encense l’Eglise, mais il n’aime, il l’a dit, ni le Christ ni la Vierge Marie. Il pose devant les statues, mais ne reconnaît pas l’Esprit. Le Talmud n’est pas loin, qui les diffame, les honnit, les maudit; Zemmour raye de sa géographie politique les croyants bien vivants d’aujourd’hui, comme nos « élites » mondialistes ! Et voici la réalité qu’il nie avec elles:

Les Français musulmans aiment Jésus, « le chemin, la vérité et la vie », et rendent culte à sa mère dans les sanctuaires chrétiens. Avec ses assimilées ou bien voilées, ses embarbés ou ses rasés, l’islam comme recherche vivante du bien commun sous le regard de Dieu a fait souche depuis un demi-siècle, il s’est enraciné, et les musulmans ne sont pas dupes, ni des Mélenchons caressants, ni des caricaturistes officiels. Posons donc les bonnes questions :

Qui coordonne et qui pousse à la roue ?

Depuis Jérusalem, le pognon soutient Zemmour. Comme derrière Trump, le roi des casinos Sheldon Adelson a fait pleuvoir la manne sur lui, comme sur tous les néoconservateurs européens, jusqu’à sa mort en 2021. Jérusalem comme capitale de l’Etat juif c’était lui, Tel Aviv capitale de la France, c’est la même mafia aux commandes. Le national-sionisme, c’est tendance : les Arabes à la mer, là-bas comme ici, et tout ira bien !

Côté présentable, c’est Steve Bannon qui gère Zemmour, avec le Belge Mischaël Modrikamen, comme ils ont fait rentrer dans le moule les Salvini, Marion Maréchal, le parti populaire hollandais, Tsipiras le Grec et les autres. Un exemple, c’est Moses Modrikamen qui a fait chasser Laurent Louis du Parti populaire, pour son antisionisme. Un Gilbert Collard ou un Robert Ménard, financé par la CIA puis par Soros, sont des agents chargés de séduire d’abord puis de vider de leur potentiel les organes rebelles de droite. Toute mouvance peu ou prou populiste doit être réorientée, car il faut avant tout protéger Israël, selon la doctrine des néoconservateurs straussiens qui font souvent la loi aux USA. Et il est interdit de se demander qui favorise l’immigration sauvage pour casser les reins aux Gaulois. Circulez, y a rien à voir du côtés des corrupteurs ni des corrompus.

Zemmour est au final une pute comme les autres, quoique maquillée dans le style intello-gaulois. Quand les médecins honnêtes dénonçaient Pfizer l’empoisonneur, Fauci le faussaire et Macron le criminel servile, Zemmour regardait ailleurs, avant que ses conseillers lui signalent que le vent tourne. D’ailleurs Zemmour n’aime pas l’UE, ni l’Euro, ni les mondialistes, mais il se tient coi devant ses maîtres, et il n’en souffle mot, des vrais donneurs d’ordre. Vercingétorix et Bayard, les va-t’en guerre c’est lui, mais il ne voit jamais qui, dans l’oligarchie financière, est aux manettes. Pourtant, on cherche encore Kamel Schwab ou Ali Pfizer…

Tout penche vers l’espoir

La résistance ne passe pas par la drague dans les clous, et la « reconquista » aigrie, mais par l’alliance des croyants, principalement catholiques et musulmans, résistants aux manœuvres pour les diviser, décidés à servir ensemble leur patrie, à voir plus loin du côté des financeurs, et à déshabiller les imposteurs.

Les campagnes rejoignent les cités, le rapprochement a commencé avec les Gilets jaunes. C’est la foi qui va jouer, cathos vous n’êtes plus seuls, l’alliance avec les musulmans se fera. Car les écailles tombent des yeux des mougeons.

Rejoignez ORDINARE,

L’Alliance des Croyants pour la sauvegarde de la France

ordinare21@gmail.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.