Ce n’est pas le peuple qui est souverain, c’est le langage

Français, avant de vous dévoiler le secret de ce stratagème, je sais combien cette vérité vous sera douloureuse à écouter ; plus difficile à entendre, encore d’avantage à accepter ! Vous qui avez été élevés dans le culte du « droit de vote » pour lequel, vous a-t-on dit en boucle, « tant et tant d’hommes ont donné leur vie » pour l’arracher au despotisme et à l’obscurantisme ; vous qui ne vous approchez de l’Urne, comme de la Sainte Table, qu’avec une foi quasi-mystique ; vous qui attachez au dépôt de votre unique voix le pouvoir sacré disproportionné de pouvoir tout changer, en croyant même que d’elle seule pourrait dépendre le résultat final du scrutin, voir même l’avenir du monde ; vous qui enfin ne glissez l’enveloppe dans la boîte magique qu’en tremblant, avec la crainte inexprimable, quasi-superstitieuse, de celui qui est convaincu qu’il se vouerait lui-même à l’enfer, à la damnation éternelle si, par malheur, il faisait le mauvais choix.

Français, comment pourriez-vous ne pas être aveuglés de préjugés vous cachant l’évidence, vous qui êtes persuadés, depuis l’enfance, que votre pays est la source des « lumières », l’inventeur des « droits de l’homme », à l’origine des immortels Principes de Liberté dont il aurait gratifié le monde entier ; vous qui pensez, dans l’univers de plus en plus contraignant et réglementé qui nous asphyxie toujours d’avantage, que s’il ne devait encore vous rester qu’un seul droit, ce serait bien celui-là : le « droit de vote » ? Et pourtant, si vous voulez voir enfin la France mettre un terme à sa descente aux abîmes pour assister à la Renaissance de ses valeurs, de sa prospérité, et pour reprendre sa place dans le monde, il va bien falloir que vous l’admettiez, et vite !

Car c’est bien de ce « droit de vote » consenti, individuel et collectif, que dépend l’avenir de la France, comme le vôtre. Ce droit de vote dont vous avez été dépossédés, à votre insu, aux présidentielles 2017, par la mise en œuvre de l’arme secrète du candidat Macron : ce stratagème du « Ventriloque » tout-puissant, assorti de ses outils auxiliaires, de ses alliés et de ses réseaux, et dont je dois vous révéler tous les ressorts.

Français, c’est maintenant ou jamais que vous devez connaître le secret du stratagème de la plus incompréhensible des élections, de ce simulacre de démocratie qui a dépossédé la France de son pouvoir souverain de se choisir un Président apte à assurer son redressement et son avenir. C’est donc maintenant, dans l’urgence, que je dois dénoncer ces faux porte-parole et ces marchands de chimères à gage, qui bercent les Français d’illusions pour les plonger dans l’aveuglement, leur faire perdre leurs repères et les maintenir dans la paralysie. C’est maintenant que je dois vous rappeler à quel point, en Démocratie, ce n’est pas le peuple qui est souverain mais bien le langage ; que je dois reprendre l’histoire des présidentielles 2017 dès l’origine pour vous révéler les secrets de fabrication de la mystification « ventriloque » du discours séducteur du nouveau président lui ayant permis, pour accéder au Pouvoir suprême, de faire de vous les plus dociles marionnettes de son ambition démesurée ; que vous devez comprendre la technique permettant la plus insupportable des dépossessions de chacun d’entre vous : de sa propre identité, de son droit « de vote » le plus imprescriptible et de l’expression de sa parole, personnelle et collective.

Voilà la clef de salut public dont les Français, qui veulent le rester, eux et leurs enfants, doivent se rendre maître, avant qu’il ne soit trop tard. C’est la démystification définitive du trucage électoral des Présidentielles 2017 qui doit leur « faire voir » comme une évidence fulgurante, que ce ne saurait être eux qui disent ce qu’on leur fait dire, eux qui pensent ce qu’on leur fait penser, eux qui décident ce qu’on leur fait décider, en leur nom usurpé, eux enfin qui votent ce qu’ils croient avoir voté ; mais bien une machine « Ventriloque » barbare, à visage humain, les ayant réduits en marionnettes par des algorithmes et par la « magie » du double langage des mots. Or, comme l’a démontré Aristote, selon toute évidence, l’élection du Président de la République ne pouvant être valide et légitime qu’à l’expresse condition d’avoir satisfait aux règles de plein « consentement » – ce qu’exclut toute idée de mystification-, rendre visible ce trucage est la condition sine qua non pour vous permettre de choisir votre propre tête politique et non vous voir imposer une tête postiche « ventriloque » par l’Etranger : en un mot pour retrouver votre liberté politique souveraine !

Français, comprendre et faire vôtres les clefs de ce traquenard du langage électoral du Président Macron – cette arme d’aliénation totale de « l’Autre » : de votre pensée, de votre parole, de votre vote, de votre « consentement » ! – est donc l’unique planche de salut qui puisse vous préparer à affronter victorieusement les terribles épreuves qui vous attendent. L’initiation à ce secret bien gardé est le seul moyen, pour vous, de vous doter de la grille de lecture des véritables causes de tous vos malheurs résultant de ce mystérieux « Mal Français » d’aveuglement qui vous annihile ; d’apprendre à forger les armes de Reconquête de votre langue et de votre cerveau – du Verbe et des forces de l’Esprit – ; de retrouver votre droit d’élire un Président que vous aurez vraiment choisi – en toute connaissance de cause et de consentement ! en vue de retrouver enfin la complétude de votre Corps politique, de votre Identité culturelle et de votre propre Tête souveraine aujourd’hui « décapitée » !

Arnaud UPINSKY, « MACRON, le Président Ventriloque », 2018